Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 17:12

(JPEG)

 

 

Jamais sans mon fils

 

Du sous Apatow, avec un duel John C.Reilly/Jonah Hill qui tourne court et s’embourbe dans des considérations psycho-émotionnelles lourdingues. Grosse déception.

 

Le pitch: Sept ans après son divorce, John est toujours célibataire. Il a cessé de croire à l’amour. Cédant à son ex-femme, Jamie, devenue sa meilleure amie, il accepte à contrecœur de les rejoindre, elle et son fiancé, à une fête. A la surprise générale, John y rencontre une femme, la belle et dynamique Molly. Entre eux, c’est le coup de foudre. Pourtant, John va vite découvrir qu’il existe un autre homme dans la vie de Molly : son fils de 21 ans, Cyrus, avec qui elle entretient une relation hors norme. Prêt à tout pour protéger sa mère, le jeune homme n’a pas du tout envie de la partager, et encore moins avec John. C’est le début d’une guerre. Il ne pourra y avoir qu’un seul vainqueur...

 

Mon avis: N’est pas Judd Apatow qui veut. Non content de mettre devant leur caméra pas moins de quatre acteurs vus ou aperçus dans les films du gourou comique américain, les deux frangins Duplass s’échinent en plus à vouloir creuser le sillon d’une nouvelle sorte de comédie dramatique déjà tracé, de manière très prononcée et avec plus ou moins de réussite, par Apatow dans Funny people. Cette opposition entre un quadra qui veut enfin grandir et un jeune homme qui refuse de quitter sa mère avait effectivement le potentiel "mélancomique" des meilleurs œuvres de l’auteur de 40 ans toujours puceau.

Malheureusement c’est raté. Avec leurs velléités réalistes traduites par une caméra parkinsonienne et des zooms sauvages, les Duplass tentent de sonder maladroitement l’intensité des rapports humains soumis aux traitements surréalistes de situations comiques...qui ne le sont pas tant que ça. En fait, ils échouent sur les deux tableaux et laissent le spectateur le cul entre deux chaises. L’humour famélique et la mélancolie grossière de Cyrus ont également troublé les acteurs qui semblent absents parfois, en tous cas bien mal dirigés. Nous attendions une autre performance de la part de John C.Reilly et de Jonah Hill, mais est-ce vraiment de leur faute ? Leur affrontement n’est pas bien exploité et ne monte pas crescendo comme on pouvait l’espérer. A bien y réfléchir, et à tous points de vue, Cyrus est un Greenberg raté. Le récent film de Noah Baumbach bénéficiait en effet d’une puissance comique et dramatique indéniable en plus de l’interprétation inspirée de Ben Stiller. Tout ce que Cyrus n’a pas. Au vu du synopsis et du casting, c’est l’une des grosses déceptions de la rentrée. Mieux vaut se rabattre sur l’excellente comédie de Kevin Smith sous influence Apatow, Zack et Miri font un porno, malheureusement sortie directement en DVD chez nous, et dont je vous parlerai prochainement.

 

Cyrus de Jay et Mark Duplass, avec John C.Reilly, Jonah Hill et Marisa Tomei, sortie le 15 septembre 2010.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noémie 08/09/2010 18:40


Merci Séb, grâce à toi on va économiser une place de ciné ;-)


Présentation

  • : A suivre...
  • A suivre...
  • : Critique séries TV
  • Contact

Recherche

Liens