Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 17:43

 

The kids were alright (Part 1)

 

Dans l’indifférence quasi générale, le quartet d’Oxford a donc jeté l’éponge, faute de succès et de reconnaissance. Une tournée d’adieux sur le thème « Retour vers le futur » s’est achevée à Paris en juin dernier. Lors de ces ultimes représentations, Supergrass remontait le temps et les albums pour finir par le début, le temps de la gloire et des folles espérances motivées par la fusée Alright, single imparable mais aussi point de départ d’un malentendu incurable.

 

Quand Gaz Coombes et ses deux potes débarquent au milieu des 90’s, le phénomène Brit-Pop est à son apogée avec le duel musical mais surtout médiatique entre Damon Albarn et les frangins Gallagher. The Great Escape de Blur vs. (What’s the story) Morning Glory d’Oasis. Country house vs. Roll with it, avec Pulp et Suede pour arbitrer le tout. C’est dans ce contexte que surgit I Should Coco, premier effort des trois joyeux sales gosses, un disque pop crade dans lequel la sueur de Mick Jagger se mêle à celle de Joe Strummer. Parfum enivrant s’il en est. Les Supergrass jouent vite, très vite, comme des personnages de cartoon défoncés aux amphèts, avec cette urgence que n’ont pas les fers de lance précédemment cités. Alright est sur toutes les radios et toutes les lèvres et devient petit à petit le symbole d’une certaine forme d’insouciance. Il faut dire que le grunge venait de plomber l’ambiance en plus de la cervelle du colonel Kurt. Oui mais voilà : l’hilarant Gaz n’est pas qu’un rigolo et Supergrass a de l’audace en réserve, quitte à perdre des fans en route.

 

Ils sont pourtant nombreux à acheter In it for the money, deuxième album du groupe en 1997. Avec toujours beaucoup d’humour, ils empruntent le titre de leur disque à celui d’un autre gai luron du rock, Franck Zappa, tout en posant déguisés en clodos sur la pochette. La musique, quant à elle, a évolué et s’éloigne des éjaculations sonores du premier opus. Le tempo ralentit quelque peu tandis que les compositions et les arrangements se densifient notamment par la présence de cuivres et surtout par l’arrivée du frère de Gaz aux claviers. Certains morceaux expérimentaux font penser au Floyd barré de Barrett, d’autres flirtent avec un groove funky sans oser passer à l’acte. En tous cas, même maladroitement, Supergrass a su se renouveler et ce malgré le lumineux single Sun hits the sky, petit frère évident d’Alright.

 

Le troisième album marque cependant un léger coup d’arrêt dans la progression artistique du groupe. Même si le groove est là, le disque reste très mainstream. Conscient d’avoir perdu une partie de son auditoire, le groupe a choisi de ne pas lui donner de nom comme pour repartir de zéro. Le résultat est inégal et paradoxal. Car s’il s’agit incontestablement de leur album le plus faible, à cause de morceaux lourds et sans surprise, il n’en demeure pas moins le seul à posséder quatre singles magistraux qui justifient à eux seuls l’achat du disque : Moving, Beautiful People, le stonien en diable Pumping on your stereo et surtout l’extraordinaire Mary avec son sublime refrain noisy pop et ce putain de bordel de clavier Rhodes qui n’en finit pas de s’insinuer dans votre cerveau. Une perfection à s’éclater la tête contre les murs.

Mais le meilleur reste à venir.

 

En attendant, voici le clip de Mary.

  

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sabrina 11/09/2010 02:45


Bien sûr que j'étais là.
J'ai même posté ce petit souvenir sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=1-4RY8_vjqY

C'est vrai qu'ils sont assez cool et accessibles les Supergrass.


Sabrina 09/09/2010 01:09


Mon groupe culte ! Je les ai vus un paquet de fois en concert (et j'ai d'ailleurs vu 3 des 4 dernières dates), ils vont me manquer ! Enfin c'est surtout d'entendre leurs chansons sur scène qui va
me manquer, parce qu'on va tous les revoir sur scène d'une manière ou d'une autre. Pour info le bassiste, Mick Quinn, fait une mini tournée française (dont un à Paris à l'Espace B. Le 21 septembre)
avec son nouveau groupe "DB Band" et quand à Gaz et Danny, en tant que Hot Rats, après un album de reprises, une tournée bien chargée et 3 concerts où ils ont accompagné Air sur la BO de Virgin
Suicides, ils ont récemment dit qu'ils travaillaient sur de nouveaux morceaux (vont-ils continuer sur le chemin des "covers"...?). Gaz aurait même un projet solo en cour... à suivre.


Travis 10/09/2010 19:29



Merci pour ces précisions, Sabrina. Etais-tu au concert des Hot Rats au Point FMR? C'était très sympa, Gaz est venu au bar après pour discuter avec le public (très restreint il faut bien le
dire).



Présentation

  • : A suivre...
  • A suivre...
  • : Critique séries TV
  • Contact

Recherche

Liens