Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 17:26
Dads (Pilote)

Mon père ce zéro

La Note: 0.5/5

Warner et Eli, deux papas trentenaires, voient leurs vies basculer dans l'absurdité quand leurs pères décident d'emménager avec eux.

Résumé des épisodes précédents. A la base, Dads est une série comique a priori prometteuse car créée par Seth MacFarlane, auteur respectable de la série animée Les Griffin et de Ted, un des gros succès ciné de 2012. Mais les premiers échos sont désastreux. Tout d’abord l’association MANAA (Media Action Network for Asian Americans) juge le pilote offensant vis-à-vis des asiatiques. Puis c’est au tour des critiques américaines de conspuer la sitcom en utilisant des termes sans équivoque : « vieillot », « raciste », « pas drôle »… Enfin la twittosphère s’est déchaînée juste après la diffusion en reprenant peu ou prou l’argumentation des journalistes. Mais ce genre d’emballement pudibond n’est pas forcément un mauvais signe et au vu du passé de son auteur, on pouvait légitimement espérer que Dads soit une petite série irrévérencieuse et gentiment provoc’. Il n’en est rien malheureusement et le mauvais buzz était justifié. Sauf sur un point.

Dads (Pilote)

Il est facile de dire pourquoi Dads est raté. Il suffit de pointer les carences d’une écriture effectivement dépassée, de relever les chutes qui tombent à plat, de souligner le cabotinage forcé d’acteurs un peu perdus, de régurgiter les bons sentiments saupoudrés sur une pseudo psychologie se gavant de travers de pères et de remarquer enfin que le public live a sans doute été drogué à son insu puisqu’il huuurle de rire à la moindre réplique et balance des « whoohoo » intempestifs particulièrement agaçants. Le seul passage éventuellement drôle a lieu lorsque les deux compères aux pères cons présentent leur nouveau jeu vidéo (oui ils bossent dans une boîte de jeux vidéo) « Kill Hitler 2 ». Le premier avait cartonné parce que « les gens se sont rendus compte qu’ils aimaient bien tuer Hitler ». Mais à part ça, nous sommes d’accord avec les qualificatifs « vieillot » et « pas drôle ».

Dads (Pilote)

En revanche, le terme « raciste » est plus problématique. Dire qu’une œuvre est raciste, c’est sous-entendre deux éventualités : soit les créateurs, les producteurs, les scénaristes, les interprètes, voire les techniciens ont tous participé délibérément à une entreprise de dénigrement d’un peuple, soit ils sont tous stupides et ne se sont pas rendus compte du mal qu’ils faisaient. La vérité est ailleurs, comme disait Mulder. Dads n’est ni facho, ni stupide, elle est juste pas drôle du tout. MacFarlane a tenté une sitcom familiale avec des blagues risquées et provoc’ mais il a raté le coche. S’il avait réussi on aurait parlé de génie comique, il a échoué c’est donc un raciste. Ce genre de réflexion binaire est l’apanage des commentaires lapidaires sur les réseaux sociaux et favorise la montée en épingle de polémiques de pacotille. Jugeons la série sur ce qu’elle est vraiment, c’est-à-dire pas grand-chose, mais ne la taxons pas de tous les maux. Comme l’aurait dit Œdipe : « Oui, il faut tuer Dads. Mais pas n’importe comment! »

Partager cet article

Repost 0
Sébastien Mauge
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : A suivre...
  • A suivre...
  • : Critique séries TV
  • Contact

Recherche

Liens