Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 20:20
Red is dead

3 raisons d'être déçu par l'identité de Red John

Attention SPOILERS !!! Cet article s’adresse uniquement aux téléspectateurs qui suivent la diffusion américaine de Mentalist et qui savent donc désormais qui est Red John, le nemesis de Patrick Jane.

Voilà, le suspense est terminé, nous savons enfin qui est Red John, le serial killer de la série The Mentalist, qui a tant tourmenté Patrick Jane pendant un peu plus de cinq saisons. Je n’écris pas encore son nom au cas où votre champ de vision n’atteigne accidentellement ces premières lignes lors de la lecture de notre alerte aux spoilers. Je préfère évoquer tout d’abord le sentiment de déception.

C’est un sentiment inévitable lors de la résolution d’un mystère surtout quand ce dernier s’est étendu sur tant d’années. Il est naturel d’éprouver cette sorte de plaisir déçu au moment où la vérité éclate. Dans une enquête policière, l’ombre du doute et de l’incertitude est souvent plus excitante que la clarté de la révélation. Comme le laissait entendre Le Mystère de la Chambre Jaune de Gaston Leroux (superbement adapté au cinéma par Bruno Podalydès en 2003), la résolution d’une énigme est bien moins importante que le cheminement pour y parvenir.

On pouvait donc s’attendre à être déçu sans en tenir rigueur au créateur de la série, Bruno Heller. Le fil rouge, c’est le cas de le dire, représenté par Red John a longtemps maintenu à flot un show reposant quasi entièrement sur les frasques malicieuses de Patrick Jane, dont les enquêtes hebdomadaires avaient malheureusement tendance à sombrer petit à petit dans l’indifférence. On ne sait donc pas si la série survivra à la mort du serial killer mais il était temps d’en finir. C’est chose faite même si le plaisir déçu attendu s’est vite transformé en une arnaque pure et simple. Pour plusieurs raisons.

1-Red John n’existe que depuis un an

On ne l’invente pas, c’est Bruno Heller lui-même qui l’a confié au magazine américain TV Guide: il a choisi son Red John « il y a environ un an, après avoir étudié minutieusement toutes les options ». Ainsi, dans l’esprit du showrunner, l’insaisissable assassin de la famille de Jane n’était qu’un fantôme jusqu’à ce qu’il se décide tardivement à le faire incarner par Xander Berkeley, soit le Sheriff Tom McAllister. C’est entendu, on ne demande pas aux créateurs et scénaristes de planifier les événements et rebondissements de leurs séries dès le pilote. Un show, pour peu qu’on lui laisse le temps d’exister, peut évoluer et se transformer au gré des années. Mais il semble tout de même regrettable, voire légèrement malhonnête, que le Deus Ex Machina de Mentalist n’ait pas tracé au préalable la ligne de vie d’un personnage aussi important que Red John, et finisse par se retrouver à la place d’un téléspectateur lambda pour choisir l’identité de ce dernier.

2-Tom McAllister ne peut être Red John

C’est une simple question de bon sens. Puisque Bruno Heller a choisi son Red John parmi des personnages employés ces cinq dernières saisons, il est bien évident que ces personnages, au cours de leurs précédentes apparitions dans la série, ne pouvaient prétendre à être Red John et n’agissaient donc pas en conséquence. La « nomination » de Tom McAllister est un pur paradoxe diégétique, renforcé par le fait que l’acteur a bien évidemment joué son rôle de Sheriff par le passé sans penser un seul instant être le fameux tueur. Et c’est flagrant. Il suffit de revoir le seul épisode dans lequel il apparaît (saison 1 épisode 2) avant d’être sur la liste des sept suspects de Patrick Jane (fin de la saison 5) pour s’en rendre compte. Xander Berkeley y campe un Sheriff provincial largué, investi dans son job, bienveillant et plein de compassion envers les victimes, remettant gentiment en cause les méthodes de Jane et s’agaçant de se faire ridiculiser par ce dernier lors d’une partie de pierre/ciseaux/feuille… Berkeley reconnaît, à nouveau dans TV Guide, que McAllister n’était pour lui qu’un sheriff pince-sans-rire sentant le maïs et rêvant du Far West. On le retrouve au début de cette sixième saison avec un look beaucoup moins péquenaud, un regard plus terrifiant (voir photos ci-dessous) et un ascendant psychologique sur Jane. C’est comme s’il s’agissait de deux personnages différents. En tous cas ce sont clairement deux interprétations différentes. C’est trop gros et cela ne fonctionne pas du tout a posteriori.

Tom McAllister en 2008

Tom McAllister en 2008

Tom McAllister en 2013

Tom McAllister en 2013

3-Red John devait être Brett Partridge

Comme Bruno Heller s’est mis dans notre position pour choisir son Red John, mettons-nous à sa place pour choisir le nôtre. C’est de bonne guerre. Reprenons donc la liste des sept tueurs potentiels établie par le mentaliste en fin de saison dernière. Eliminons d’emblée les plus évidents, ceux que l’on nous a amené à suspecter depuis longtemps: Gale Bertram le patron du CBI, le gourou Bret Stiles et l’agent de la Sécurité Intérieure Bob Kirkland. Supprimons ensuite Ray Haffner, un proche de Stiles beaucoup trop antipathique pour être mauvais, et l’agent du FBI Reede Smith, apparu seulement l’année dernière et qui ne correspond pas aux indices physiques donnés par l’ex petite amie aveugle de John. Il nous reste donc McAllister et le légiste du CBI, Brett Partridge. Pourquoi choisir ce dernier plutôt que le Sheriff? Parce qu’il y a bizarrement, et bien que ce ne fut pas prémédité comme on l’a vu plus haut, plus d’indices dans ses apparitions passées qui collent avec Red John. Avant d’être sur la liste, Partridge apparaît dans trois épisodes (deux de plus que McAllister), et pas n’importe lesquels : l’épisode pilote (ce qui permettrait de boucler la boucle), le dernier épisode de la saison 2 dans lequel Red John apparait physiquement (mais masqué) pour la première fois, et l’épisode 15 de la saison 5. Dans celui-ci, le CBI enquête sur une mort déguisée, la pseudo victime ayant maquillé son propre meurtre. Or, Bruno Heller ayant souvent déclaré que son Jane était un descendant de Sherlock Holmes, le thème de la mort déguisée, présent chez Conan Doyle, ne lui est pas étranger. De fait, McAllister/Red John maquille sa mort après l’explosion dans la cabane réunissant les derniers suspects. Heller pouvait donc en faire de même avec Partridge lorsque celui-ci est découvert mourant par Teresa Lisbon avant que celle-ci ne se fasse attaquer par Red John. Ajoutons à cela sa personnalité malsaine, son mépris pour Jane et son étrange frustration à son égard. Non seulement cette frustration est une faiblesse qui l’empêchait d’être soupçonné mais elle pouvait également être plus facilement feinte que l’attitude du gentil paysan bourrue du Sheriff. Pour nous, aucun doute possible, Partridge aurait fait un Red John beaucoup plus acceptable que Tom McAllister. A moins que…

A moins que Heller l’ait mis de côté, au cas où il faille ressortir l’épouvantail Red John si sa disparition n’entraîne pas le second souffle escompté…

Partager cet article

Repost 0
Sébastien Mauge
commenter cet article

commentaires

gilou 18/12/2013 14:50

Le problème pour partridge c'est le seul personnage de la liste a ne jamais avoir serrer la main de jane. Et ou est le lien avec visualize. Si on se fit à ce dernier fait seul haffner et stiles correspond et haffner ne correspond pas à la description physique de rosalind harker. Stiles si et le tatouage correspond à la lettre s en morse. seul stiles et smith peuvent correspondre mais encore une fois smith n'a pas lle physique requis.

Présentation

  • : A suivre...
  • A suivre...
  • : Critique séries TV
  • Contact

Recherche

Liens